Témoignages stages

Témoignages stages

Forts de leurs périodes de stage, Lucie Laporte et Solenn Lemaître en BTS Diététique ainsi que Noah Rivière en Prépa psychomotricien nous partagent leurs expériences :

Solenn LE MAÎTRE

« Je viens de finir mon stage de 5 semaines au Centre de Suite de Soin et de Réadaptation (CSSR) en Nouvelle-Calédonie. 

Ce stage s’est super bien déroulé. L’équipe de diététicienne m’a dès le 1er jour donné des tâches. Dès le 1er jour, j’ai fait des consultations dont une patiente qui venait d’arriver et que j’ai suivi tout le long de mon stage. Les diététiciennes ont su me faire confiance. J’ai été très bien accompagné durant ce stage. J’ai pu mener seule quelques entretiens avec des patients et faire des ateliers (atelier sur le diabète, l’alimentation équilibrée…). On ne m’a pas du tout mise à part, au contraire, lors des consultations avec le patient et la diététicienne, on m’a demandé mon avis.

Je repars en ayant appris beaucoup de choses. Une très belle expérience !!!

Les difficultés que j’ai rencontrées durant mon stage sont :

– ne pas faire de transfert entre ma vie perso et l’histoire du patient, les premiers jours ont été un peu rude

– je me suis faite draguée par un patient, et je ne savais pas trop comment faire, heureusement que la diététicienne était avec moi

– les premiers jours j’ai eu un peu de mal à m’adapter à la vie locale, la façon de manger de chaque patient

– adapter mon vocabulaire aux différents patients, certains ne parlent pas ou peu le français

– certains patients ne parlent pas ou répondent par oui ou non, c’est donc un peu compliqué de savoir s’ils ont compris ou s’ils ont des questions.

– le vouvoiement ou le tutoiement, en Nouvelle-Calédonie le vouvoiement s’utilise peu. Et en fonction de l’âge et de l’ethnie, j’avais un peu de mal à savoir si je devais vouvoyer ou tutoyer la personne. A la fin je me posais plus la question, j’ai vu que le patient se sentait mieux si je le tutoyais.

Sur le plan professionnel, j’ai appris à travailler avec une équipe pluridisciplinaire. J’ai fait des consultations et à être en contact avec le patient.

Sur le plan perso, j’ai appris à ne pas montrer mes émotions en consultation et à avoir une barrière avec les patients.

Voilà un super stage qui se finit. «

 

Noah Rivière (psychomotricien)

« Je m’appelle Noah Rivière, j’ai 18 ans et je suis actuellement étudiant en classe préparatoire de psychomotricité au CPES IPRESS de Toulouse. J’ai réalisé mon stage dans un cabinet libéral à Pibrac chez Rachel Badoil.

Mon stage s’est très bien passé, j’ai pu élargir mes connaissances sur le métier et ce stage a confirmé mon choix de vouloir continuer dans cette voie.

Durant le stage, j’observais, je discutais avec la psychomotricienne, les patients et quand je pouvais, j’aidais la psychomotricienne dans ses tâches. Par exemple, je mettais en place des activités pour les enfants, je « jouais » avec eux (parcours, ballon…)

Je n’ai pas rencontré de difficulté, je n’ai pris que du plaisir durant ce stage. Bien évidemment je n’avais pas toutes les clefs pour arriver à me faire comprendre par certains enfants atteints de troubles autistiques. Mais cela a été tout de même enrichissant.

Sur le plan professionnel, j’ai appris qu’il faut avoir beaucoup d’imagination, être à l’écoute des patients. J’ai noté également qu’il faut faire preuve d’une très grande patience et de beaucoup d’empathie.

Sur le plan personnel, selon moi, il faut être solide émotionnellement, sociable et ne pas avoir peur du handicap. »

 

Lucie Laporte Diététque

« Je m’appelle Lucie Laporte je suis actuellement en deuxième année de mon BTS diététique sur Toulouse. J’ai effectué mon premier stage thérapeutique au « jardins d’Agapé » à Auch, d’une durée de 5 semaines.

Mon stage s’est très bien passé, j’ai bien été pris en charge par la diététicienne ainsi que toute l’équipe pluridisciplinaire.

J’ai trouvé qu’il y avait une bonne cohésion de groupe ce qui créait un dynamisme dans le travail.

Mes principales missions étaient de suivre les résidents sur le plan nutritionnel et de les prendre en charge individuellement comme par exemple : s’assurer que la personne à tous les aliments qui lui sont destinés sur son plateau repas ; de calculer les variations de poids pour vérifier leur état pondéral : dénutrition ou pas et savoir par la suite poser des objectifs et améliorer leur état : mettre en place des éventuels compléments nutritionnel pour lutter contre la dénutrition ; j’ai aidé à donner à manger aux résidents ; assister aux transmissions.

Je n’ai pas rencontré de difficultés durant mon stage, je pourrais dire que le plus complexe est de s’adapter à la structure, aux résidents et aux personnels, il faut du temps pour les connaitre mais ce n’est qu’une question de temps et d’habitude.

Sur le plan professionnel, cela m’a permis d’avoir une vision plus approfondi du métier sur le plan pratique et moins théorique comme on nous apprend en cours. Sur le plan personnel, j’ai appris à m’adapter au sein d’une équipe et pouvoir apporter mon aide.

De plus, j’ai beaucoup apprécié être en contact avec les résidents tous les jours et de partager avec eux. »

Partager cette publication